Magasins bio, épiceries en vrac et rayons spécialisés dans les supermarchés se multiplient depuis plusieurs années. En 10 ans, le secteur a connu une croissance de 278%.

Un développement extraordinaire qui ne tient pas qu’à une poignée de jeunes bobos citadins ! Et si les Silvers étaient amenés à tirer la caravane du bio ?

 

Le boom du bio

D’après l’Agence Bio, un groupement d’intérêt public français, 2016 aurait été une “année historique” pour le secteur. Avec 7 milliards d’euros de chiffre d’affaire et une croissance de 20% par rapport à l’année précédente, le secteur ne connaît pas la crise.

D’après un sondage réalisé par Opinionway pour Senseva en 2016, le profil type du consommateur de produits bio est majoritairement urbain, féminin à 55% et son âge moyen grimpe à 48.8 ans.

 

Les Silvers et le bio

Dans les faits, on retrouve le même pourcentage de consommateurs dans les tranches d’âge 35-49 ans et 50-64 ans (les 2 tranches d’âge majoritaires).

Et pourtant, à 50 ans, âge où l’on devient Silver, beaucoup de choses changent, les besoins ne sont plus les mêmes entre ces deux tranches d’âge.

 

Alors, sur quels insights pousser pour mieux vendre aux Silvers ?

  • La santé avant tout : pour les 50+, la motivation première des consommateurs de produits bio est de prendre soin de sa santé (toujours selon l’étude de l’Agence Bio). Une motivation plus importante encore que celle de la préservation de l’environnement.
  • Un pouvoir d’achat important : qu’ils soient déjà retraités ou en fin de carrière, les Silvers sont aujourd’hui la classe d’âge la plus à l’aise financièrement. Or, le bio est toujours réputé onéreux. Son prix est d’ailleurs le premier critère (et potentiellement le seul) à rebuter les potentiels nouveaux acheteurs.
  • Le bonheur est dans l’assiette : l’alimentaire représente le deuxième poste de dépense des Silvers après le logement. Qu’il s’agisse d’un moyen de prendre soin de soi ou de partager un bon moment entre amis ou en famille, les 50 ans et plus n’hésitent pas à mettre la main au porte-monnaie. En outre, il faut souligner que l’offre bio (vrac, produits à l’unité ou à la découpe) s’adapte particulièrement bien à des foyers d’une ou deux personnes.

Avec les Silvers comme coeur de cible, l’industrie du bio trouverait donc un public réceptif aux questions de santé avec les moyens nécessaire pour y accéder.