L’Entreprise à l’heure du digital doit se réinventer en permanence.

Mais comment assurer en son sein un développement harmonieux et un respect de toutes les générations, des Millenials jusqu’au Silvers (50+) ?

Contrairement au film « The Intern », ce ne sont plus 2, mais 4 générations et cultures associées très différentes qui coexistent dans les entreprises :

  • Les Silvers/Boomers (nés entre 1945 et 1964), qui ont grandi avec le plein emploi, une croissance continue, un rapport au travail et au management clair et pyramidal
  • Les générations X (nées entre 1965 et 1980), qui ont une culture managériale du mérite et du résultat, suite aux nombreuses mutations qu’elles ont traversé.
  • La génération Y (née entre 1980 et 1995), très individualiste et « digitial friendly », en quête d’autonomie au sein d’une hiérarchie horizontale.
  • Et en ce moment la génération Z (née après 1995), qui arrive avec sa propre culture.

Cette coexistence se fait en même temps qu’une grande mutation générationnelle : en effet, d’ici 2020 en France quelques 5 millions de Silvers vont quitter le marché du travail et 6 millions de jeunes qui vont y entrer.

Cette mutation est source de conflits : 7 Français sur 10 font face à des conflits intergénérationnels au travail*. Des conflits qui portent sur les valeurs et la responsabilité d’entreprise. Avec d’un côté les « jeunes » qui ne se reconnaissent plus dans les entreprises d’aujourd’hui, peu flexibles et qui brident leur créativité. Et de l’autre les Silvers, qui ont des compétences et des connaissances clés mais de moins en moins irremplaçables.

Les enjeux pour les entreprises en pleine mutation sont multiples : elles doivent à la fois s’adapter en continu dans un monde digital en révolution, s’ouvrir aux Millénials, à la fois leurs « transformateurs » et leur (future) cible, et également s’assurer du transfert des compétences et des connaissances des Silvers.

C’est un énorme chantier pour les DRH qui développent et poussent le concept de Management Intergénérationnel : un nouveau style de management pour tirer parti au mieux de toutes ces différences, minimiser les coûts et maximiser les résultats en favorisant la coopération, l’engagement et la fidélisation de toutes les générations.

Quelques sociétés ont montré la voie en ce sens autour de la transmission des savoirs chez Orange, la gestion de nouveaux profils de carrière chez AXA ou les formations adaptées au nouveau mix générationnel chez IBM.

Leur premier enjeu, c’est l’intégration des Millenials. Ils sont clés…car ils sont « cablés » pour répondre aux enjeux actuels : à l’aise avec les outils digitaux ils sont capables d’apporter une contribution décisive face au danger de la fracture numérique ; ils aiment spontanément vivre en réseau ce qui va être très utile dans des entreprises de plus en plus transversales ; ils questionnent l’organisation en permanence et ils s’avèrent précieux par leur pragmatisme dans l’amélioration continue. Ils apprécient le changement et peuvent au sein des équipes « booster » ceux qui préférent la routine et le statu quo ; ils ont besoin de donner du sens à leur travail et sont soucieux de leur condition de travail.

De l’autre côté, on a les Silvers qui veulent plus que juste se rapprocher de la retraite. Car même s’ils doivent passer la main, ils sont en quête de reconnaissance et veulent continuer à exprimer voire développer leurs compétences.

Et pour cela ils sont prêts à de nouveaux défis.

Comme celui de mentorer un Millenial. Les avantages : des possibilités de leadership, de mentorat et de coaching pour ces travailleurs plus expérimentés. Ils testeront ainsi un nouveau jeu de compétences, et bénéficieront d’un sens renouvelé en façonnant les jeunes recrues à la culture de l’entreprise.

Et en élargissant leur rôle et en valorisant leurs capacités de leadership, ces Silvers pourront être conservés pendant quelques années plus productives avant de partir à la retraite. Ils vont également beaucoup apprendre des Millenials : une compréhension inhérente de l’informatique et de la technologie mobile qui leur permettra d’être plus productif et efficace.

Ainsi, pratiquer l’intergénérationnel en entreprise, c’est valider une relation mutuellement bénéfique. Les Millennials peuvent offrir une énorme connaissance et un aperçu de l’impact du monde numérique, tandis que les Silvers peuvent aider à construire des relations intergénérationnelles. C’est aussi un moyen de fidéliser les Millenials (ils auront entre 4 et 6 jobs avant leur 30ème anniversaire), car le mentoring (surtout par des cadres dirigeants) allié à la formation sont de bons moyens de valoriser et de conserver une population en quête de feedback positif immédiat et de projection continuelle sur leur vie future.

Source : *selon une étude réalisée par ADP en décembre 2015